Des gens imparfaits bénis par leur Père

Des gens imparfaits bénis par un Dieu parfait

Quelque soit notre niveau de maturité, il y aura toujours des moments où nous échouerons. Il est impossible de ne pas faire d’erreurs 24 heures sur 24, 7 jours sur 7. Il nous arrive régulièrement de dire ou de penser des choses incorrectes, d’avoir un comportement immature, de douter, de nous emporter, ou de juger.

Nous pouvons alors être tentés de penser que Dieu ne nous aime plus, qu’Il est en colère, qu’Il va cesser de répondre à nos prières, ou qu’Il ne veut plus rien à voir à faire avec nous.

Mais quelques soient vos erreurs quotidiennes, Dieu ne cessera pas de vous bénir et de vous manifester Sa grâce. Nous sommes des êtres imparfaits que Dieu prend plaisir à bénir.

Son amour ne repose pas sur nos performances mais sur notre position, à savoir celle de fils et de filles de Dieu. L’important n’est pas de savoir ce que je suis d’un point de vue humain, à savoir un être perfectible et faillible, mais à qui j’appartiens.

Presque toutes les personnes dont Dieu parle dans la Bible et dont la vie nous est montrée en exemple ont fait des erreurs. Voyons-en quelques-uns.

Job craignait que ses fils et ses filles ne pèchent contre l’Éternel et ne s’attirent ainsi un jugement. Il était aussi un homme très riche. Ces deux éléments m’amènent à penser qu’il en avait fait des gosses de riches. Il se peut qu’il les ait mal éduqué et qu’il ait négligé de leur enseigner les voies de l’Éternel. Ceux-ci jouissaient de l’opulence paternelle mais n’avait pas la crainte de Dieu.

Pourtant, il était un homme bénit, et Dieu dit à Satan « Vois-tu mon serviteur Job ? Il n’y en a pas d’autre comme lui sur terre. Il est un homme intègre » (Job 1.4-5 ; Job 1.8).

Le prophète Élie fut un jour amené à confronter les prophètes de Baal et le roi Achab au péril de sa vie. Mais quelque temps plus tard, alors que Jézabel, l’épouse d’Achab, menaça de le tuer, Élie prit peur et s’enfuit (1 Rois 18 et 19).

Pourtant, la vie d’Élie nous est donnée un exemple, et la Bible précise que bien qu’il fut « un homme de la même nature que nous », Dieu l’utilisa puissamment. Il pria un jour de tout son cœur et la pluie cessa de tomber pendant trois ans et demi. Puis il pria à nouveau et la pluie se remit à tomber (Jacques 5.17-18).

Jacob aimait Dieu et désirait ardemment qu’Il le bénisse. Mais il était aussi manipulateur et usait de malice pour obtenir ce qu’il voulait. Jacob comptait sur ses propres forces plutôt que sur celles de Dieu. Un ange est un jour venu à lui pour traiter cet aspect de son caractère. Jacob, une fois qu’il eut compris son erreur, se vit attribuer le nom d’Israël.

Le comportement de Jacob avait donc été celui d’un homme immature, pourtant, dans le reste de l’histoire, Dieu s’est souvent révélé à un homme comme étant « le Dieu d’Abraham, d’Isaac et de Jacob ».

Nous n’avons aucun mal à admettre qu’Il soit le Dieu d’Abraham, car il était le père de la foi, ou d’Isaac, qui était fidèle, mais cela n’a aucun sens pour Jacob. Dieu n’a pas dit qu’Il était « le Dieu d’Israël », c’est-à-dire à partir du moment où il fut restauré, mais bien « le Dieu de Jacob ».

Comme le démontrent ces trois exemples, Dieu ne va pas vous abandonner parce que vous faites des erreurs et que vous manifestez occasionnellement des attitudes immatures, mais Il Se tiendra toujours à vos côtés pour vous aider et vous faire grandir.

Thomas ne croyait que ce qu’il voyait. Après que Jésus soit ressuscité et apparût aux disciples, il dit « Si je ne mets mon doigt dans ses blessures, je ne croirais pas ». Jésus ne l’a pas rabroué, mais Il a répondu à sa question et lui a tendu Ses mains percées. Jésus a émis une remarque mais ne l’a pas jugé, et Il est venu au secours de ses doutes.

Je pense aussi à Pierre. Celui-ci promit à Jésus de ne jamais L’abandonner, quand bien même il devrait y laisser la vie. Mais il Le renia. Pierre prit conscience de sa trahison et se senti condamné pour cela.

Quelques temps plus tard, après que Jésus soit ressuscité, un ange apparût à Marie et la chargea d’annoncer aux disciples que Jésus était ressuscité. Il dit à Marie :

« Allez maintenant dire à ses disciples, y compris à Pierre… » Marc 16.7

Le Seigneur, par cet ange, dit en quelque sorte « Pierre, tu m’as tourné le dos, mais je ne t’ai pas tourné le mien. Je t’aime et je t’appelle toujours à me servir. » Jésus voulait ôter la honte et la culpabilité de Pierre. Par la suite, Pierre évangélisa et gagna 3.000 personnes à Christ en une seule prédication.

  • Olivier Moulin