Obéir avec joie et de bon cœur

Obéir avec joie et de bon cœur

Nous avions vu dans une étude précédente l’importance de mettre en pratique la Parole. Toutefois, nous devons aussi le faire avec joie et sans contrainte. Obéir est une bonne chose, mais le Seigneur veut que nous obéissions de bon cœur et que nous ayons plaisir à faire sa volonté.

« Si vous obéissez volontairement, vous mangerez les meilleures productions du pays » Ésaïe 1.19

Un homme de Dieu américain, Kenneth E. Hagin, reçut l’instruction d’exercer un ministère de prophète et d’enseignant itinérant. Il était autrefois pasteur, mais lorsqu’il prit connaissance de la volonté de Dieu pour sa vie, il obéit instantanément et sans condition.

Cet homme racontait aussi comment Dieu l’avait toujours guéri de ses maladies. Pourtant, il tomba un jour malade et ne parvint pas à guérir. Il entreprit alors un jeûne de trois jours afin que le Seigneur lui montre pourquoi. Il dit à Dieu « Y a-t-il un péché qui t’empêche de me guérir ? J’ai pourtant fait ce que tu m’as dit et quitté mon église ». Le Seigneur lui a alors répondu « Oui, mais tu as obéis à contrecœur. Ton cœur est toujours dans l’église. N’as-tu jamais lu ce verset en Ésaïe 1.19 ? ».

Kenneth E. Hagin a alors décidé d’épouser de bon cœur l’appel de Dieu et les symptômes l’ont quitté dans les quelques instants qui suivirent.

Le Seigneur ne veut pas que nous obéissions à contrecœur, ou encore dans l’idée d’obtenir quelque chose en retour de notre obéissance. Il veut que nous aimions faire ce qu’il demande.

L’homme peut être parfois comme cet enfant dont j’ai entendu l’histoire : Un père ordonne à l’enfant de s’assoir alors que la famille est à table, mais celui-ci refuse. Le père hausse la voix mais l’enfant persiste. Le père finit alors par se mettre en colère et lui donne une fessé. L’enfant finit par s’assoir mais dit « Je suis peut-être physiquement assis, mais je suis debout dans ma tête ».

Quoi qu’il en soit, le Seigneur bénit celui qui obéit. Jésus dit :

« …si quelqu’un me sert, le Père l’honorera » Jean 12.26

Le terme servir n’est pas à prendre dans son sens habituel, car Jésus dit plus loin « Je ne vous appelle plus serviteurs, mais mes amis » (Jean 15.15). Il signifie ici « Recevoir ses instructions et agir en conséquence ». Or, Jésus dit à ces personnes que Dieu les honorera.

Honorer, c’est manifester à une personne une faveur particulière. En leur temps, des portes s’ouvrent, des maladies sont guéries, nous sommes bénis dans nos finances, des opportunités merveilleuses s’offrent à nous, nos ennemis disposent leur cœur en notre faveur…

Parfois même, une grande bénédiction se jouera à une obéissance mineure au détour de laquelle le Seigneur nous attendait.

J’ai connu une jeune femme qui ne parvenait pas à trouver un mari. Aussi avait-elle grandi dans une église légaliste et cela avait développé en elle un esprit de jugement et de suspicion. Le Seigneur finit par parler à son cœur et elle comprit que la bénédiction d’un mari se jouerait au changement de son cœur. Lorsqu’elle entreprit de renoncer à cet état d’esprit, le Seigneur a ouvert les portes et elle a rencontré l’homme de sa vie.

Elle sert le Seigneur aujourd’hui avec son époux, Jean-Aimé, un bon pasteur qui conduit beaucoup de gens à Christ.

  • Olivier Moulin